Classer les grandes plumes

Il s'agit maintenant de séparer les plumes des ailes (les rémiges) des plumes de la queue (les rectrices).
Le geai étant un oiseau de la famille des corvidés, ses ailes seront donc composées de 10 rémiges primaires (P), 10 rémiges secondaires (S) et sa queue de 12 rectrices (R).

Mais nous ne savons pas toujours de quel oiseau il s'agit, et quel est le nombre exact de plumes...
Il faut alors utiliser une clé d'identification des plumes pour pouvoir les classer (voir la dernière page de ce dossier). En simplifiant pour notre cas précis :
- Les rémiges primaires ont souvent le vexille externe (celui qui est face au vent) beaucoup plus petit que le vexille interne.
- Les rémiges secondaires ont également cette particularité, mais sont plus courtes que les primaires.
- Pour les rectrices, il suffit d'observer la courbure du calamus de profil. Si celle-ci change de direction, nous avons bien une rectrice et non une rémige. L'ordre des rectrices se retrouve facilement avec la largeur retrécissante du vexille externe.

Le résultat final du classement donne ceci :

Sur la totalité de la plumée, il  manque très peu de plumes. Le rendu de la reconstitution n'en sera que meilleur.
Avant d'assembler les plumes, nous pouvons mesurer chaque rémige pour obtenir le profil de l'aile.

Le diagramme ainsi obtenu est caractéristique du vol intermittent, pratiqué par bon nombre de passériformes.
L'aile est courte (S=P), la main (primaires, P) est arrondie avec les primaires médianes les plus longues. La taille des secondaires (S) est autour de 75% de la plus grande primaire.

 

 

Ce sont les caractéristiques des espèces sédentaires et forestières : beaucoup de maniabilité et vitesse moyenne. Le vol est donc agile sur de courtes distances, et plutôt lent en vol battu plus long. Pour plus d'efficacité sur des vols plus longs, comme pour les oiseaux migrateurs, avec une consommation énergétique moins importante, il aurait fallu une aile plus longue (S>P) et plus pointue (primaires externes plus longues), avec une queue courte qui limite le freinage par frottement en vol.

Ici, la queue est carrée voire légèrement arrondie (rectrices externes = rectrices centrales), synonyme d'un vol peu sujet aux brusques changements de direction. Elle est également assez longue, typique des espèces sédentaires.